La nécessité d'un support individualisé centré sur une adaptation de l'environnement social et physique des jeunes adultes autistes

Un article de la revue Pediatrics, paru en 2018, a tenté d'identifier, à travers la synthèse de divers travaux de recherche, les barrières et éléments facilitants dans les différentes étapes du passage à la vie adulte des jeunes autistes, notamment au lycée, dans l'enseignement supérieur et dans l'emploi.

L'étude révèle trois axes majeurs sur lesquels agir afin d'éviter les ruptures de parcours de formation et les difficultés d'insertion professionnelle : une mauvaise adaptation de l'environnement, une incertitude quant au rôle des parents et le manque de services adaptés et informés sur les besoins spécifiques des jeunes adultes autistes. En voici un condensé :

Obstacle numéro 1 : une inadéquation entre l'environnement et les besoins réels des jeunes

Une méconnaissance de l'autisme aboutit fréquemment à des aménagements de moins en moins individualisés au fur et à mesure du cursus scolaire et l'on constate souvent un décalage entre les compétences individuelles et la réalité de l'emploi offert aux jeunes diplômés.

Élément facilitant numéro 1 : une aide individualisée et une adaptation de l'environnement

L'aide apportée par les pairs ou par d'autres étudiants autistes durant les études, l'appui d'un collègue sur le lieu de travail est prépondérante.

Sur le lieu de travail, un management basé sur des consignes claires et des aménagements appropriés (organisationnels, physiques et humains) facilitent l'insertion professionnelle.

Obstacle numéro 2 : une incertitude sur la place accordée aux parents

Les parents sont souvent mis de côté dans les étapes de transition à la vie adulte de leur enfant. Une juste place doit leur être donnée car bien souvent, ils continuent à apporter une aide dans la vie quotidienne et les tâches administratives même à l'âge adulte.

Élément facilitant numéro 2 : une transition progressive vers d'autres supports

Les parents doivent rester des partenaires à part entière dans l'accès à l'autonomie des jeunes adultes autistes. En partenariat avec les parents, le job-coach aide à la mise en œuvre d'expériences professionnelles mais aide aussi à l'acquisition de compétences sociales.

Obstacle numéro 3 : un manque de service global et adapté

Avec le passage à l'âge adulte, de nombreuses ressources ne sont plus disponibles, beaucoup de jeunes autistes ne reçoivent plus l'appui qu'ils avaient durant leur enfance. De nombreux professionnels (santé, éducation) ne sont pas assez informés sur l'autisme et ses particularités.

Élément facilitant numéro 3 : échange d'informations et collaboration

Une plus grande sensibilisation aux besoins réels des jeunes adultes autistes (dans l'enseignement supérieur, en milieu professionnel, ...) permet de faciliter les parcours de vie. Le transfert de compétences et la coopération entre les différentes parties prenantes sont indispensables.

Un autre article récent, paru dans Journal of autism and developmental disorders en avril 2020, souligne les obstacles qui empêchent les jeunes adultes autistes de trouver et conserver un emploi intéressant. Il s'agit notamment du manque d'expérience préalable à l'emploi, de l'insuffisance de la prise en compte des difficultés interférentielles (telles que l'anxiété et le manque de compétences sociales) et de systèmes externes qui ne tiennent pas compte de leurs forces et de leurs besoins.

Mieux prendre en compte la vulnérabilité des jeunes adultes autistes permettra d'améliorer les pratiques, dans les écoles secondaires, les organismes pour adultes et sur le lieu de travail

DDC49FFF-457A-44BC-AD5E-8B175335725E.JPG
Rapport sur les
bonnes pratiques
pour l'emploi des
personnes autistes en Europe
Orientation des politiques publiques pour une société plus inclusive