equalizer.png

Réciprocité sociale

Particularités sensorielles

Besoin de sécurité et de routines

Communication socio-émotionnelle

Gestion des

informations

Intérêts

spécifiques

Hypersensibilité

émotive

Spécificités alimentaires

Anxiété

Fatigabilité

Comportements

répétitifs

Différences

neuromotrices

La réalité du spectre de l'autisme

On le sait, l'autisme est un spectre. Mais de quoi parle-t-on exactement lorsque l'on parle de "spectre de l'autisme" ? Il est courant de s'imaginer une sorte de gradient de troubles ou difficultés, allant de ce que l'on nomme "l'autisme lourd" à "l'autisme léger".

Mais c'est un peu plus compliqué que cela.

Le profil autistique est un ensemble de particularités liées entre elles et qui doivent être appréhendées de manière globale. Elles sont responsables d'une infinité d'expressions de l'autisme, selon l'inégalité des difficultés et des compétences.

L'accompagnement spécifique dans l'emploi repose sur l'évaluation de ces difficultés et de ces compétences, au travers des échanges entre le job-coach et la personne autiste (et sa famille), mais également via les retours d'expériences en stages et les observations en milieu professionnel.

  • Les difficultés dans la réciprocité sociale : elles proviennent d'une entrave à comprendre et interpréter les codes sociaux, ce qui peut entraîner des questionnements, des malentendus et du stress. Décrypter le langage corporel, croiser le regard, bavarder de façon informelle, savoir à quel moment prendre la parole dans une discussion sont autant de défis pour les personnes autistes.

  • Les difficultés dans la gestion des informations : elles affectent la capacité à assimiler de nouvelles informations et/ou à s'adapter à de nouvelles situations ou de nouveaux environnements.

  • La fatigabilité : elle est générée par une demande très importante d'efforts d'adaptation aux environnements sources de stress (bruit, imprévus, relations sociales contraignantes, ...)

  • Les particularités sensorielles : les personnes autistes perçoivent le monde différemment et peuvent présenter une hypersensibilité ou, à l'inverse, une hyposensibilité aux stimuli (lumières, sons, textures, proximité d'autres personnes).

  • Les intérêts spécifiques : ils sont très variables d'une personne à l'autre, ils peuvent entraîner une difficulté à changer de tâche ou de sujet de discussion; mais ils peuvent être très bénéfiques dans la mesure où ces intérêts représentent un terrain connu et maîtrisé qui est pleinement investi.

  • Comportements répétitifs : ils sont secondaires à diverses émotions et représentent un moyen de les contrôler.

  • Hypersensibilité émotive : elle est secondaire à la difficulté, pour les personnes autistes, de reconnaître, interpréter et contrôler leurs émotions. Les émotions peuvent être ressenties de façon intense et les réactions (joie, colère, tristesse) peuvent prendre des proportions exagérées.

  • Besoin de sécurité et de routine : tout imprévu ou changement dans un programme prévu peut entraîner beaucoup d'anxiété. La préparation et la planification anticipées réduisent cette anxiété en rendant le monde plus prévisible.

  • Spécificités alimentaires : elles sont liées aux particularités sensorielles.

  • Communication socio-émotionnelle : la capacité à comprendre les convenances et les normes sociales, la capacité à créer et maintenir des relations est diminuée chez les personnes autistes.

  • Anxiété : elle est souvent récurrente chez les personnes autistes et peut être généralisée.

  • Différences neuro-motrices : elles induisent des difficultés dans le contrôle des mouvements du corps,. Il peut s'agir d'une simple maladresse, de troubles de la marche, de difficultés dans les tâches manuelles ou pour certains sports, ou bien alors d'hyperactivité avec un attrait particulier pour certaines activités physiques. 

Certains traits autistiques peuvent être plus visibles que d'autres, mais ils ne présument pas nécessairement ce que la personne est capable de faire ou pas, ils ne prédisent pas forcément l'aide dont elle aura besoin. Il est ainsi déterminant de ne faire aucune hypothèse à priori sur les véritables compétences d'une personne autiste en se basant sur ce qui est visible ou pas, mais à l'inverse demander à la personne autiste elle-même ce qu'elle est capable de faire ou pas et le soutien dont elle estime avoir besoin.

Il y a ce que l'on voit et ce que l'on ne voit pas,

il y a ce que l'on croit voir et ce que l'on ne sait pas voir.

Le job coaching est un travail sur mesure, basé sur une connaissance fine des particularités des personnes accompagnées, visant un renforcement de l'autonomie tout en restant à l'écoute des besoins réels.

Une vidéo proposant une introduction claire aux particularités autistiques, pour mieux comprendre ce qu'est un trouble du spectre de l'autisme : à regarder ICI

(cliquer sur "CC" pour accéder aux sous-titres en français).

Rapport sur les
bonnes pratiques
pour l'emploi des
personnes autistes en Europe
Orientation des politiques publiques pour une société plus inclusive