Inclusion scolaire, éducation : comprendre le concept d'exclusion pour développer l'inclusion

Les concepts d'exclusion et d'inclusion sont souvent appréhendés comme des phénomènes opposés, alors qu'ils font partie d'un ensemble de processus complexes qui se mettent en place sur la base d'une classification sociale de la diversité.

Il convient alors de remettre en question la norme - qui exclut - pour aboutir à une éducation accessible à tous.

L'UNESCO définit l'exclusion sous un angle global, comme un "processus de rupture du lien social, de désaffiliation, au cours duquel l'individu perd peu à peu les liens tissés avec les autres individus ou des groupes d'individus. L'exclusion se construit par ruptures successives. Elle est rarement totale". 

Dans son document "Les principes directeurs pour l'inclusion dans l'éducation", l'UNESCO précise (page 9) :

"L’inclusion est ainsi envisagée comme un processus qui vise à prendre en compte et à satisfaire la diversité des besoins de tous – enfants, jeunes et adultes – par une participation accrue à l’apprentissage, à la vie culturelle et à la vie communautaire, et par une réduction du nombre de ceux qui sont exclus de l’éducation ou exclus au sein même l’éducation. Elle suppose de changer et d’adapter les contenus, les approches, les structures et les stratégies, en s’appuyant sur une vision commune qui englobe tous les enfants du groupe d’âges visés et avec la conviction que le système éducatif ordinaire a le devoir d’éduquer tous les enfants".

Le document de l'UNESCO est consultable en ligne ICI.

Une interview de Sylvain Letscher, Professeur en Sciences de l'Éducation à l'Université du Québec (Campus de Rimouski) et chercheur dans le champ de l'inclusion, nous aide à réfléchir sur ces concepts d'inclusion, exclusion, intégration ainsi que sur la transition dans la vie active. À écouter ICI.

Inclusion.png

Dans le cadre de l'inclusion scolaire, en questionnant la norme, on tient alors mieux compte des besoins particuliers de chaque étudiant : les adaptations organisationnelles, humaines et pédagogiques mises en place sont adressées à tous les étudiants, en fonction de leurs besoins singuliers, dans un esprit de valorisation de la différence (et non d'assimilation à la majorité).

Inclusion scolaire et participation sociale sont liées entre elles : différentes ressources sont mobilisables pour permettre une participation sociale pleine et entière, dans un contexte inclusif, aboutissant à la prise de décision, le libre choix et l'autodétermination de chaque étudiant.

Rapport sur les
bonnes pratiques
pour l'emploi des
personnes autistes en Europe
Orientation des politiques publiques pour une société plus inclusive