Stage au sein du service d'archives de l'université de Tours

IMG_6551.JPG

J’ai eu le plaisir d’accueillir une personne suivie par Mme Roingeard, d’Un+1 dans le cadre d’un stage.

Aux premières sollicitations de Mme Roingeard, je n’étais pas prête à accueillir une personne autiste. Comme de nombreuses personnes, j’ai peur du handicap, peur de ne pas être à la hauteur pour accompagner.

 

Lorsque j’ai rencontré C. dans le cadre du premier entretien, je lui ai présenté mon métier et les différentes perspectives professionnelles. J’ai tout de suite noté chez elle une curiosité et une envie de comprendre et d’apprendre. Ce qui est dans mon travail une compétence précieuse. J’ai aussi remarqué la personne en face de moi, réservée mais pleine d’assurance. 

 

Plusieurs mois après cette rencontre dans le cadre de sa formation, elle m’a sollicitée pour un stage, et j’ai accepté.

En amont de ce stage, le travail de Mme Roingeard a été très précieux. Elle a déconstruit mes aprioris, elle m'a conseillé, elle a transmis les attentes et les besoins de ma stagiaire. Elle m'a guidé en tant que manager et elle m'a rassuré.

Lors du stage, j’ai essayé d’être attentive au bien-être de ma stagiaire. La côtoyer m’a poussé à me remettre en question, à m’interroger sur mon rapport aux autres. 

Nous n’avons pas tous les mêmes façons de s’exprimer, les mêmes parcours de vie, les mêmes aspirations mais nous nous oublions parfois dans l’environnement professionnel pour répondre aux attentes sociales. Les personnes qui ne rentrent pas dans les cases sont souvent pointées du doigt et ostracisées. 

 

Cette expérience avec Mme Roingeard et ma stagiaire m’a permis de m’interroger sur le « mode d’emploi » de chacun de mes collaborateurs. Si on n’a pas envie d’aller boire un café avec l’ensemble du service ce n’est pas grave et ce n’est pas obligatoire. Si on ne déjeune pas avec les autres c’est pareil. 

Ma stagiaire a fait un travail important sur elle-même. Elle se connaît désormais. Elle connaît ses limites. Peu de personnes dans le milieu professionnel se connaissent aussi bien. Il m‘a donc semblé facile de travailler en collaboration avec elle et cela a dissipé mes peurs du début.

Le stage s’est merveilleusement bien passé. Elle a fait preuve d’enthousiasme et d’investissement et a su nouer des relations avec d’autres collègues. J’ai eu le sentiment de rencontrer une professionnelle remarquable avec qui j’ai un grand plaisir à travailler mais aussi une personne que j’apprécie. 

 

Je conseille à chacun de faire la démarche d’accueillir une personne différente pas seulement pour le geste solidaire mais aussi pour un bénéfice personnel, professionnel et humain. Cette expérience m’a réellement fait grandir.   

Lucie Lepage, archiviste à l'université de Tours

Ce mois de stage, réalisé dans le cadre de mon DU “Archives et métiers des archives”, s’est fort bien déroulé. Tout a été fait pour m’accueillir au mieux. Il n’y avait là ni bienveillance simulée ni inclusivité de façade ; il y avait au contraire une réelle volonté de bien faire les choses et de mieux appréhender les questions liées au handicap et à l’autisme. J’ai été contente de pouvoir échanger sur ces sujets avec d’autres personnes, ouvertes et à l’écoute, que mes parents ou mes sœurs.

 

 

Très bien encadrée tout en ayant une grande part d’autonomie dans les tâches à accomplir, j’ai pu quotidiennement mettre en pratique les connaissances théoriques acquises à la fois en autodidacte et lors des cours du DU, ce qui fut particulièrement formateur.

 

 

Je me suis sentie utile ainsi qu’appréciée et valorisée, aussi bien pour des qualités personnelles que pour la valeur de mes compétences et du travail fourni.

 

 

Cette expérience est encourageante pour la suite de mon parcours professionnel mais, surtout, elle m’a permis de faire la connaissance de Lucie, l’archiviste de l’université. Ce fut un réel plaisir d’échanger et de travailler ensemble. Pour moi, elle représente vraiment une très belle rencontre, d’un point de vue professionnel comme personnel.

Témoignage de C., étudiante

Ce stage, d'une durée de quatre semaines et demie, s'est effectué dans le cadre d'un Diplôme Universitaire "Archives et métiers des archives" délivré par l'université de Poitiers.

download.png

Anne Azanza, Directrice du Service Commun de Documentation de l'université de Tours et Lucie Lepage, archiviste ont permis la réalisation de ce stage.

Rapport sur les
bonnes pratiques
pour l'emploi des
personnes autistes en Europe
Orientation des politiques publiques pour une société plus inclusive