Stage de quatre semaines aux Archives Départementales d'Indre-et-Loire

IMG_5515.jpg

Contexte

C. est une jeune femme titulaire d'une Licence d'Histoire et dont le cursus d'études supérieures s'est trouvé en rupture du fait de l'absence de mise en place d'aménagements spécifiques. Le peu de prise en compte de ses particularités neuro-développementales a entraîné une surcharge cognitive, un burn-out autistique et une impossibilité à poursuivre le Master qu'elle avait débuté.

Curieuse et motivée, C. a beaucoup réfléchi à son avenir professionnel. Elle se passionne pour les métiers des archives, dans lesquels elle a accumulé beaucoup de connaissances et de savoirs professionnels en autodidacte.

Afin de valider son attrait pour l'archivistique, nous avons recherché un stage lui permettant de se confronter aux réalités du métier, de mettre en pratique ses compétences et de prendre confiance en elle.

L'équipe des Archives Départementales d'Indre-et-Loire a accepté d'accueillir C. pour quatre semaines, sur des missions variées.

Suite à ce stage, la poursuite d'une formation - un Diplôme Universitaire "Archives et métiers des archives" - pourra alors être envisagée plus sereinement afin de consolider un projet professionnel pertinent et cohérent, en accord avec des intérêts clairement identifiés.

63766.jpg

Témoignage de C., stagiaire

"En partie grâce à une bonne préparation, en amont, du stage (élaboration du planning, visite du service, rencontre avec mes référents), j’ai été très rapidement à l’aise et en confiance. Si j’ai rencontré des difficultés, j’ai pu les exprimer de suite et être entendue.  

 

Très bien encadrée sans pour autant être infantilisée, j’ai pu travailler en toute autonomie sur plusieurs activités. En dehors de quelques bruits intempestifs et des affreux néons du plafond, c’était un environnement de travail particulièrement calme, très agréable et je pouvais travailler/déjeuner dans mon propre bureau (aspects tous très importants pour moi), tout en ayant de temps en temps des échanges, plus ou moins longs, avec les personnes du service ; une certaine alternance, un équilibre qui me convient bien et me permet de ne pas surcompenser/trop fatiguer.   

 

L’archivistique est devenue un de mes intérêts spécifiques à part entière et je savais déjà que le métier d’archiviste était celui que je souhaitais exercer ; si j’avais encore besoin d’une confirmation quant à cette orientation professionnelle, c’est chose faite avec ce stage. 

 

C’est un riche et beau métier, pluridisciplinaire, relativement bien adapté (et/ou facilement adaptable) je pense à mes particularités, et cohérent avec mon envie/besoin de savoirs, de culture, d’ordre et de rigueur, ma patience et mon insatiable curiosité. 

 

J’ai fait la connaissance de belles personnes, avec qui j’espère garder contact à l’avenir. Je pense notamment à Arnaud, Marie-Anne, Martine et, tout particulièrement, à Claudie, ma formidable référente principale lors de ce stage. 

 

J’ai profité au mieux de ces quatre semaines, enrichissantes à tout point de vue, qui sont malheureusement passées bien trop vite. C’est assez frustrant car j’aurais été enchantée de poursuivre les missions qui m’ont été confiées mais, que l’on soit simple stagiaire ou archiviste en poste, il faut accepter de n’être qu’un gardien temporaire, un acteur de passage dans la longue vie des fonds d’archives, dont le classement de certains, particulièrement volumineux, peut prendre des années. C’est, en somme, un travail de “Sisyphe heureux”. "

63766 copie.jpg

Témoignage de Claudie Raveneau, archiviste

Nous avons accueilli C. pour un stage de découverte des archives d’un mois, comme nous le faisons régulièrement avec d’autres étudiants.

Dès le premier entretien, nous avons vu que C. connaissait déjà beaucoup de choses sur les archives et qu’elle manifestait un vif intérêt pour ce métier.

 

Je crois que C. s’est sentie assez rapidement en confiance dans le service. Nous avons fait quelques ajustements sur son installation matérielle afin qu’elle se sente au mieux et je crois que cela a été effectivement le cas.

Nous avons préparé ensemble les plannings à l’avance en fonction du travail et des envies. Malgré quelques imprévus, C. s’est parfaitement adaptée. Elle a dû assimiler beaucoup d’informations et de connaissances et nous avons alterné avec des moments où elle travaillait au calme et en totale autonomie.

 

Pour nous, c’était un réel plaisir d’échanger avec une personne qui a envie de faire le même métier que nous. C’est une occasion de transmettre notre savoir. Nous avons pu voir aussi ses capacités à aller au-delà de ce que l’on demandait en manifestant une curiosité grandissante pour ce qu’elle faisait. Et elle nous a à son tour transmis des informations particulièrement intéressantes.

image001.jpg

Lydiane GUEIT-MONTCHAL, Directrice des Archives Départementales, Arnaud de CASTELBAJAC, Directeur adjoint et Claudie RAVENEAU, archiviste ont permis la réalisation de ce stage.

logo-cma-37-indre-et-loire_0.jpg

Élodie BEUGNON, conseillère VAE et chargée de bilan de compétences a établi la convention de stage indispensable.

Rapport sur les
bonnes pratiques
pour l'emploi des
personnes autistes en Europe
Orientation des politiques publiques pour une société plus inclusive