51D5CDl0w9L._SX307_BO1,204,203,200_.jpg
007270.jpg

Basé sur l'histoire réelle du Japon, le livre "Les délices de Tokyo" de Durian Sukegawa (2013, puis 2015 pour la traduction française), tout comme son adaptation cinématographique par la cinéaste Naomi Kawase (en 2015), nous incite, avec beaucoup de poésie, à demeurer sans cesse à l'écoute de la nature et des signes qu'elle nous envoie. Le livre et le film abordent, avec finesse et sensibilité, la réalité des stigmates du handicap et de l'exclusion sociale qui découle des préjugés sociaux.

Tout en douceur, le roman parle de l'empathie et de l'importance des liens que l'on tisse avec autrui. La force de l'empathie est magnifiquement restituée dans le film à travers la relation qui se noue entre les trois personnages aux vécus douloureux (maladie, prison, isolement), où le rôle de la transmission prend tout son sens.

Rapport sur les
bonnes pratiques
pour l'emploi des
personnes autistes en Europe
Orientation des politiques publiques pour une société plus inclusive